NULLE PART, LA NUIT

NULLE PART,
LA NUIT
Écrits extravagants à l'attention des esthètes véritables

Par Roi of the Suisse
Haïku du nouvel an
前の本 終えて始まる 初日記
(mae no hon' oete hajimaru hatsu nikki) Le livre précédent étant achevé, je commence un nouveau journal.
Haïku printanier
前年の トマト熟れけり 二月の日
(zen'nen' no tomato urekeri nigatsu no hi) De l'année dernière les tomates ont mûri ! Soleil de février ~
Faire au mieux
À tout moment, faire au mieux. Et ne plus rien regretter. À la poubelle jeter L'"on aurait dû" insomnieux. Si, plus tard, on trouve mieux, C'est vain de se lamenter : L'information limitée Rendait le choix cafouilleux.
Haïku printanier
春雨や 花壇を植える 庭師たち
(harusame ya kadan' o ueru niwashi tachi) Pluie de printemps ~ Repiquant les parterres : une équipe de jardiniers.
Haïku printanier
青空や りんごの花に スズメ寝ぬ
(aozora ya ringo no hana ni suzume nenu) Ciel bleu ! À la floraison des pommiers, les moineaux ont cessé de dormir.
Haïku printanier
花びらを 散らせる春の 雹いかに
(hanabira o chiraseru haru no hyô ikani) Les pétales, dispersés par la grêle du printemps. Pourquoi ?!
Haïku printanier
どこでもの 暮の道べに 菜咲きけり
(dokodemo no kure no michibe ni na sakikeri) Partout, sur les bords de chemins crépusculaires, le colza a fleuri.
Robert à la table à picnic
Robert à la table à picnic voit le druide passer. L'habit, la barbe du mage sont extraordinaires. Il n'a jamais vu ça à la compta ! Et Robert de pouffer ! Il rit pour rappeler à la norme, car rire c'est interdire, car rire c'est condamner. Et le mage de regarder Robert et de rire à son tour ! C'est un duel. "Bah ! pourquoi il rigole, celui-là ?" glousse Robert. Mais il n'est plus si sûr de lui ; il cherche du regard l'approbation de ses collègues de la compta.
Et le lierre de croître à la jambe de Robert, les étoiles d'émeraude d'étreindre son mollet. Robert se lève et crie. Toute la compta se carapate ! Madame Walmond se réveille de cet horrible songe. Ça m'est déjà arrivé de rêver que j'étais un chien. Madame Walmond, elle, a rêvé qu'elle était Robert de la compta.
Civilisations
Quand Platon a ôté Le gros bouchon de liège (Celui qui fait flotter L'atlante sacrilège), Un geyser est sorti ; L'île fut engloutie. Quand Néron a chanté Les hymnes interdits (Ceux qu'on dit exalter Le turpide incendie), Un feu s'est allumé ; Rome fut consumée. Quand Cortez, à poney, Ses miasmes microbiens A fort postillonnés Sur les Précolombiens Alors envenimés, Chalco fut décimée. La morale c'est que Blirk blork blurk Zanagabadana.
Haïku hivernal
雪暮や 狂王の夢 蘇る
(yukigure ya kyô ô no yume yomigaeru) Crépuscule sur les neiges ~ Le rêve du roi fou revient à la vie.
Étang
Sur une ombelle d'ombellules Atterrit une libellule. La plante ploie et frôle l'onde Alors courue de formes rondes. Ce bruit sans bruit tire hors du rêve Un lutin dormant sur la grève. Le haricomycète enfin De sa mission tard se souvient ! Trêve de trêves ! Affairé, Il disparaît dans les fourrés.
Haïku printanier
春嵐 巣を壊しけり 鳩戻る
(haru arashi su o kowashikeri hato modoru) La tempête de printemps avait détruit le nid au retour du pigeon.
Science-fiction insipide

Trois mange-soleils rutilants agrémentaient, non sans fierté, la flotte stellaire de Zoltrax le Pernicieux, en route pour sa conquête des galaxies jumelles dites du grand Zbrontz et du petit Zbrontz. Dans tout l'univers, seul l'empereur Giltarian MXXIII pouvait se targuer d'en posséder davantage, à savoir 5.

Il se trouva fortuitement qu'à ce moment-là, Giltarian MXXIII était en vacances (avec toute son armée) dans la galaxie du petit Zbrontz, à siroter de moelleux cocktails de goyobe sur les plages sulfuriques de Marmut 7. L'affrontement s'annonçait cataclysmique.

POSTFACE
TABLE DES MATIÈRES

<

>